• Voilà un peu plus d'un mois que les choses sont ce qu'elles sont... Un peu plus d'un mois que c'est arrivé. Le clash, le coup de grâce, le point final de la phrase. Trois semaines alité, Noël à l'hôpital, Nouvel An à l'hôpital et en guise de cadeau, cinq jours en réanimation, une rate délabrée et un corps fragilisé... Des blessures physiques profondes mais pas autant que celles dans l'amour propre.
    C'est vrai que je n'ai rien écrit depuis. Pas envie, pas la force, toutes ces images qui me reviennent que j'aimerai oublier. Je dors mal depuis. Très mal. Le Lexomil est devenu mon meilleur ami.

    Je me suis toujours senti et affirmé comme quelqu'un de fort. Je me rends compte que tout être humain a ses limites. T'as beau être pompier, lorsque tu passes de l'autre côté de la barrière et que tu n'as plus ton uniforme, il ne reste que l'être humain avec sa vulnérabilité.

    Le meilleur est à venir ? C'est vrai j'y crois même si j'ai du mal en ce moment. Comment rebondir après tout ça... De bien belles choses m'attendent j'en suis certain mais avant tout, je dois réapprendre à me repérer dans ce monde que j'ai bien du mal à reconnaître après cette épreuve. L'accident m'a fait du mal mais pas autant que d'autres heurts qui l'ont précédé. Ce n'était que l'aboutissement, la suite logique de la vie d'un mec trop gentil qui s'est perdu, qui ne savait même plus qui il était ni pourquoi ça lui arrivait.

    Perdu le contrôle de la voiture ou de ma vie ?

    Ca ne pouvait plus durer, je savais que quelque chose allait arriver... mais pas ça. Pas frôler la mort de si près, pas comme ça.

    Mon chirurgien m'a prolongé mon arrêt de travail d'un mois ce matin. Avec un peu de chance, je reprendrai dans mon nouveau job pour mon anniversaire... Et j'avoue que ça me manque, qu'il me tarde de me sentir à nouveau utile.
    Il me tarde de repasser de l'autre côté de la barrière, celle nommée "victime" et d'enfin redevenir "sauveteur".




    Je tiens sincèrement à remercier tout particulièrement mes collègues de travail qui se sont inquiétés de moi et qui m'ont rendu de si nombreuses visites. On m'a souvent parlé de la grande famille des pompiers et je peux dire que sur ce coup là, chapeau les mecs, vous en avez été l'exemple parfait.
    J'ai souvenir de ce soir du 24 décembre où vous avez été une quinzaine à vous serrer dans ma chambre à me ramener deux bonnes bières.... Les meilleures que j'ai pu boire de ma vie je crois...




  • Commentaires

    1
    Mélanie
    Mercredi 28 Janvier 2009 à 14:29
    ...
    Ca n'a pas dû être facile de passer les fêtes sur un lit d'hôpital. Un début d'année difficile mais ça ira mieux quand tu auras repris ton poste en tant qu'opérateur CTA. J'espère que tu sauras oublier tout ce que tu as subi ces derniers temps. Tu seras loin de tout, la meilleure façon d'oublier... Comme tu le dit, tu es une personne trop gentille mais des fois, il faut fixer des limites parce qu'autrement la vie devient très vite un cauchemar à cause de personnes sans scrupule. Je me doutais en voyant tes articles que tu n'avais pas le moral ces derniers temps mais de voir que t'as failli y passer, de plus que t'as un long encore devant toi, à cause d'un accident de voiture ça laisse réfléchir =(
    2
    M;;;;;;;
    Mardi 10 Février 2009 à 16:46
    ;;;;
    ne te laisses pas abattre par la douleur regarde la vie que tu commences et non que tu termines
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :